Recherche en cours
Veuillez patienter
Article

DOMINIQUE, Jullien


Vautrin génie balzacien


Titre du périodique ou du site internet : Francofonia
Responsable du volume : Francofonia
Second auteur du volume : CHRAIBI Aboubakr et VITALI Ilaria (dir)
Titre du volume : Variations françaises sur les Mille et Une Nuits: quelles versions pour quels effets?
Numéro : 69
Lieu d'édition : Bologne Université de Bologne
Editeur : Olschki
ISBN : 9788822264442
ISSN : ISSN 1121-953X
Année : 2015
Commentaires : La Comédie humaine, où les références aux contes arabes abondent, est pour Balzac « les Mille et Une Nuits de l’Occident ». Les références orientalisantes s’organisent dans l’oeuvre selon un double réseau thématique qui prolonge le récit réaliste d’une ombre surnaturelle : elles suggèrent soit une richesse et un luxe dignes du conte, soit un fantasme de despotisme « asiatique », qui s’exerce dans le domaine social ou dans le domaine érotique. Vautrin, personnage-clef, ne fait pas exception à cette orientalisation du monde romanesque. Dans le drame de 1840 Vautrin, il est comparé par son protégé Raoul à un génie des Mille et Une Nuits. On s’interrogera ici sur l’appropriation de la figure orientale du « génie » dans l’univers balzacien, tout particulièrement dans la trilogie Vautrin : Le Père Goriot, Illusions perdues, et Splendeurs et misères des courtisanes. Vautrin comme « génie » est la manifestation d’une rencontre entre deux sens du mot français « génie » : d’une part une créature du folklore islamique incarnant dans les Nuits une sorte de deus ex machina qui propulse ou fait redémarrer l’action (ainsi dans l’« Histoire des amours de Camaralzaman », les deux génies Maimoune et Danhasch ont pour seule fonction de mettre magiquement en oeuvre la rencontre initiale des héros); et d’autre part le terme issu du latin genius, désignant chez Balzac un esprit doué d’une puissance créatrice exceptionnelle. Le « génie » de Vautrin se trouve ainsi au coeur d’un réseau sémantique, philosophique et poétique exceptionnellement riche. Cette étude se propose d’examiner le génie de Vautrin à la fois dans son aspect dramatique et dans son aspect métatextuel. D’une part, comme force occulte du récit, serviteur tout-puissant du héros, foncièrement immoral, Vautrin apparaît comme le double criminel du type du prince déguisé, moteur d’intrigue lui aussi, mais en général au service de la justice et du bien. D’autre part, manipulant l’intrigue et les autres personnages à sa fantaisie, Vautrin est une figure de l’auteur, en particulier du romancier aux prises avec la nouvelle réalité industrielle et commerciale du feuilleton – lui-même très souvent comparé à la stratégie narrative de Schéhérazade – contre lequel Balzac s’insurge si violemment. En dernière instance, on explorera comment la figure de Vautrin-génie prend en charge l’ambivalence profonde du romancier face à la modernité littéraire.
Numéro : 69
Pages : P.83