Recherche en cours
Veuillez patienter
Thèse

LARAB, Hayat
Figurations de la lutte dans la pièce théâtrale Le Cadavre encerclé de Kateb Yacine
 
Lieu : Tizi-Ouzou,
Directeur de thèse : Malika Kebbas et Martin Megevand,
Année : 2010
Type : Mémoire universitaire - Magister
Première inscription pour les thèses : , ,

Notations :

Je me suis imprégnée des deux concepts grecs : agôn et polemos pour rendre compte du combats de mots et de corps et leur rôles dans l’identification du projet littéraire et dramatique de Kateb Yacine.
Ma problématique est donc formulée comme suit :
Comment la combinaison agôn/polemos permet-elle de rendre compte du projet littéraire et dramatique de Kateb Yacine ?

Pour l’analyse de cette problématique, j’ai opté pour l’approche de la poétique des formes du drame moderne et contemporain de Peter Szondi, fondateur d’un institut de théorie littéraire et de littérature à Berlin. Jean-Pierre Sarrazac , professeur d’études théâtrales à Paris III avec son équipe de recherches poursuit en parlant d’une crise du drame moderne et crée de nouveaux concepts comme le concept de la rhapsodie : c’est une composition musicale libre basée sur des thèmes populaires. Elle est mise en avant pour la liberté formelle qu’elle désigne mais aussi pour la place qu’elle accorde à la dimension épique.

Mon choix de la poétique revient au fait qu’elle permet de dresser un portrait verbal du combat des personnages et de toucher au sens de l’Histoire et aux dramaturgies de guerre. Il ya dans mon corpus Le cadavre encerclé une fracture dramaturgique manifeste car cette pièce théâtrale n’obéit pas aux règles dramaturgiques canoniques telles que : l’ordre des trois moments de l’ art dramatique à savoir : exposition, nœud, dénouement.

Les évènements de la guerre sont représentées suivant les sentiments et les déboires de personnages non pas suivant leur déroulement. L’extrême violence de la guerre d’Algérie et même des autres guerres est représentée par le polemos. Kateb Yacine voulait briser le quatrième mur et faire participer le public activement à l’action sur scène dans l’espoir de le rendre plus conscient de l’absurdité de la guerre même de toutes les guerres. Au-delà de la guerre d’Algérie.